Nombre total de pages vues

dimanche 4 juin 2017

Trouville et Deauville

Dimanche matin 9 avril 2017
A 9 heures je suis déjà au marché de Trouville qui s’étire du Pont des Belges à la Halle aux poissons, dessinant ainsi une promenade naturelle. Primeurs, fromagers, bouchers, charcutiers, fleuristes, artisans...sont au rendez-vous pour proposer leurs meilleurs produits. Le nombre de poissonniers est impressionnant.
Et ici je ne sais combien de variétés de pommes de Normandie. Ça doit être une bonne adresse, car la queue est longue devant ce stand.
A ce stand on ne vend que des coquilles St.-Jacques. J'en aurais bien acheté, mais je n'ai pas osé prendre le risque de les transporter jusqu'aux Pays-Bas, où je devais me rendre l'après-midi.
Et le cresson, rien que du cresson de Normandie.
Chez ce fromager j'ai acheté quelques fromages normands, dont un camembert, mais un vrai, un "Camembert de Normandie". E1983 le «Camembert de Normandie» se verra attribuer l'AOC, qui certifie qu'il s'agit d'un fromage normand élaboré avec du lait provenant de Normandie, c'est-à-dire de vaches élevées et nourries sur des pâturages de la région normande. À l'inverse, le camembert «Fabriqué en Normandie» n'est soumis à aucune norme, aucune règle, puisque cette mention interdite par la loi signifie seulement que le fromage a été fabriqué dans une usine située dans le département du Calvados ou de la Manche, mais en aucun cas que le lait utilisé provient de ce territoire. Ce subterfuge a pour but de faire croire au consommateur qu'il achète un fromage normand, ce qui est faux car le lait utilisé pour le fabriquer peut provenir de n'importe quelle région du monde. On peut en effet fabriquer du camembert générique avec du lait importé de Pologne, de Roumanie ou du Brésil. (Article de Périgo Légasse).
Depuis que je sais cela je fais attention quand j'achète mon camembert. Au rayon fromages du supermarché j'ai découvert que 99% des camemberts proposés en fait ne sont pas de vrais camemberts, car "Fabriqués en Normandie". OK, on paye un peu plus cher le vrai Camembert de Normandie, mais au moins on soutient les vrais producteurs qui respectent les normes.

Je me déplace ensuite vers Deauville avec son joli marché couvert.
Je m'installe à cette terrasse et j'étais sur le point de demander au serveur d'ouvrir le parasol. Ce 9 avril il a fait vraiment chaud et on est passé de l'hiver à l'été.
Peu à peu je m'approche de la plage et je découvre les belles bâtisses aux colombages. Quelque chose m'attire vers la plage, mais au fond je ne sais pas exactement quoi.
Les Planches de Deauville
Mais arrivée sur le front de mer je me rappelle tout à coup ce qui m'a attirée vers cette plage : Le film "Un homme et une femme", 1966, film culte de Claude Lelouch, Palme d'Or à Cannes et Oscar du meilleur film étranger, avec un couple mythique Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée. Musique mélodieuse de Francis Lai et notamment la fameuse séquence de la plage de Deauville, et la chanson ba da ba da da... J'ai vu et revu ce film je ne sais combien de fois. Il passe encore régulièrement à la télé.
Dans cet extrait on aperçoit les planches de Deauville, les fameuses cabines de plage et les bains Pompéiens. L'autre souvenir qui m'est resté gravé dans la mémoire est ce plan de cet homme avec son chien qui marche dans la brume. Souvent j'oublie complètement le pitch du film, mais je me souviens de certains petits détails qui m'ont marqués. Il en est ainsi de la plage de Deauville et du chien qui court sur la plage.
Je crois que cet endroit est celui que j'ai le plus apprécié de mon court séjour en Normandie, car il me rappelait de très bons souvenirs. Ceux d'un film très romantique que j'ai vu à sa sortie en 1966, quand j'habitais encore aux Pays-Bas.
C'est l'architecte Charles Adda (1873-1938) qui a donné ses bains pompéiens, ses cabines et ses planches à Deauville. Une place entre ces cabines a été baptisée Place Claude Lelouch. Et c'est bien mérité.



Les bains Pompéiens

Et puis ces jolies cabines en toile sur la plage ! Tout simplement magnifiques.
Encore quelques belles maisons et je reprends la route pour les Pays-Bas, où j'arriverai dans la soirée.




2 commentaires:

  1. grand, grand, grand merci pour cette séquence plus jamais revue depuis 50 ans ( oui .. le film est proposé assez
    fréquemment .. " à la télé " ! )... mais qu'on se repasse - en boucle - seul dans sa tête, avec son badabada et son sable-non-blanc , hors saison en plus ! .... chaque fois que le spleen s'installe ........ Merci aussi , pour
    " l'alerte-camembert-de " , c'est noté

    RépondreSupprimer

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly